Ces deux technologies sont en train de devenir rapidement des standards de soins en dentisterie. Toutefois, si elles fournissent toutes les deux des informations numériques précieuses, elles ne sont certainement pas identiques.
Dans cet article nous allons identifier les différences entre l'analyse numérique de l'occlusion et les scanners intra-oraux.

Scanners intra-oraux

Vous êtes sans aucun doute parfaitement familiarisé avec la technique traditionnelle d'empreinte dentaire. Un dentiste insère un plateau de pâte dans la bouche du patient, celui-ci mord et maintient jusqu'à ce que la pâte durcisse, puis il l'enlève de la bouche du patient. Le dentiste prend alors une empreinte qui sera utilisée pour réaliser un modèle des dents du patient, généralement dans un laboratoire. Ce modèle peut être utilisé lorsque le dentiste conçoit des implants, des couronnes, des bridges, des appareils orthodontiques ou d'autres prothèses. Il permet de travailler sur un traitement indépendamment de la présence du patient.

Un scanner intra-oral numérise le processus de prise d'empreinte dentaire, supprimant ainsi les portes-empreintes, la pâte et l'inconfort pour le patient.

Un scanner intra-oral est essentiellement une sonde introduite dans la bouche du patient pendant quelques secondes qui balaye la bouche à l'aide de l'une des différentes technologies optiques sur le marché, selon le modèle. Ces scanners génèrent un modèle numérique 3D des dents du patient, qui peut être visualisé sur un ordinateur ou une tablette.

Un modèle numérique permet un flux de travail numérique, où les fichiers peuvent être envoyés à un laboratoire pour que le prothésiste conçoive et usine une prothèse, ou que le praticien l'usine au cavinet. Ce processus est beaucoup plus rapide et efficace qu'auparavant.

Les scanners intra-buccaux sont maintenant équipés de toutes sortes de fonctionnalités, l'une d'entre elles étant une indication du dégagement occlusal lors de la conception des restaurations. Certains ont même des articulateurs virtuels qui calculent les dimensions de l'occlusion. Cette fonctionnalité est certainement utile dans le processus de conception de la prothèse, mais une fois celle-ci livrée, il est nécessaire de procéder à un ajustement occlusal. C'est à ce moment que l'analyse numérique de l'occlusion et les scanners intra-buccaux diffèrent sensiblement.

Un scanner intra-oral ne peut pas reproduire la morsure d'un patient ou effectuer des mouvements fonctionnels en temps réel. Ainsi, alors qu'un scanner intra-oral peut vous aider à visualiser l'occlusion modélisée d'un patient, il ne fournit aucune donnée exploitable sur son occlusion réelle.
C'est là qu'intervient l'analyse numérique de l'occlusion.

Analyse de l'occlusion numérique

Lorsque vous entendez parler d'occlusion, vous pensez certainement immédiatement au papier à articuler. Cette méthode analogique permet d'identifier des déséquilibres de l'occlusion mais ne fournit aucune donnée objective. Elle laisse de l'encre sur les dents après que les plans d'occlusion du patient sont entrés en contact. Ce qu'elle ne vous dit pas, c'est quelle force a été appliquée pour créer chaque tache d'encre. Cela crée donc une certaine confusion pour le dentiste qui cherche à comprendre l'occlusion du patient pour la régler.

Un outil comme T-Scan™ fournit les données que le papier à articuler ne peut pas fournir. T-Scan indique non seulement la localisation des points de contact entre les dents, mais aussi les forces exercées en chacun de ces points. T-Scan permet ainsi au dentiste d'identifier les déséquilibres dans l'occlusion d'un patient et les points de fortes pressions qui peuvent entraîner des douleurs et des dommages aux dents naturelles, aux restaurations et aux implants.

Pour cela, il se base sur un "film" ou un scan de l'occlusion au fur et à mesure que les dents entrent et sortent du contact - révélant les forces exercées sur chaque dent et mesurant l'équilibre et la répartition tout au long du processus. Grâce à sa fonctionnalité de mesure temporelle précise, vous pouvez évaluer les contacts prématurés, les interférences fonctionnelles et non fonctionnelles, et bien d'autres choses encore. Il permet aux dentistes d'être plus précis et plus efficaces dans l'analyse occlusale.

Les outils numériques d'analyse de l'occlusion et les scanners intra-oraux sont différents, mais peuvent être utilisés en tandem. C'est pourquoi Tekscan est particulièrement soucieux de rendre le T-Scan compatible avec les formats de fichiers STL. Les données occlusales du T-Scan peuvent ainsi être incorporées dans une empreinte numérique pour vous donner une image précise de l'occlusion du patient, avec des mesures de force réelles. On parle alors d'empreinte numérique superposée (DIO).

L'association de ces outils ouvre à tout dentiste une nouvelle ère de dentisterie numérique. L'ajout de données sur la force et la symétrie à une empreinte numérique améliore considérablement la capacité du dentiste à diagnostiquer et à traiter les problèmes d'occlusion qui peuvent interrompre une pratique dentaire.

Cette page est une traduction de l'article original posté sur le site de Tekscan, fabricant du système T-Scan.

Produit ajouté à la liste de favoris
Produit ajouté au comparateur.